On profitera de la mort plus tard

par sOlenn

Ouais ouais ouais, je sais, je suis sensée finir d’écrire S P A S M E S -plus qu’une semaine pour boucler ce texte et je suis là, putain, là à frétiller des doigts sur ce blog, incapable de me décoller de ce qui feu aurait été une Remington et qui maintenant a pris la forme d’un ordinateur, et d’assumer qu’en vérité, non vraiment non, je ne suis pas du tout en train d’avancer sur ma pièce… Rhaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa!

Autoportrait © Solenn Denis

Et d’ailleurs c’est pareil avec les clémentines. J’veux dire, acheter un cageot de 2,3 kilos de clémentines pour te faire croire que tu vas bouffer des fruits, et puis en réalité te contenter de les regarder s’ennuyer ferme tout en te bâfrant de Stollen ( qui est quand même un peu le seul truc chouette à la période de noël avec les marrons glacés et peut-être les Pyrénéens, encore que, bon, faut aimer avoir un morceau de beurre au chocolat qui fond dans ta bouche – ce qui toi ne te dérange pas, mais en même temps je me demande ce qui te dérange à partir du moment où le mot chocolat est prononcé…), c’est la même merde.

Se faire croire que.

Et puis en fait, non.

Nager entre 2 eaux.

Celle, ultra barat-oij ( c’est du verlan, une astuce diablement perverse que tu as inventé pour que le mot rabat-joie lui-même n’ait pas vraiment l’air rabat-joie ) de la bonne conscience, raisonnable et sérieuse et bien sous tous rapports. On peut l’appeler LA FAYOTTE aussi. Parce que dans le fond, ce qu’elle veut cette bonne conscience de mes 2, c’est être bien sage pour qu’on lui donne un bon su-sucre et qu’on lui caresse la tête en disant : c’est bien, tellement elle a toujours peur de mal faire et d’être nulle et conne et bête et moche et d’ailleurs elle l’est c’est certain et si personne ne s’en est rendu compte c’est seulement parce qu’elle se dissimule dans un sourire super flippant tellement il est comme agrafé à son visage. Et BAM, tu vois un peu qui est insidieusement partenaire de la fayotte ? Mais oui, mais c’est bien sûr ! Le sentiment d’ILLIGITIMITé !

Cette eau là donc, et l’autre, celle de la TêTE DE CON. Celle du plaisir immédiat qui ne veut faire que ce qu’elle veut quand elle veut et merde aux conséquences et j’emmerde le monde d’ailleurs j’en ai rien à foutre et tant pis tant mieux si c’est n’importe quoi. L’ADO quoi. Mais l’ado c’est merveilleux! Parce que la société ne l’a pas encore soumis à sa productivité, à ses cadres, moules, à ses peurs. Que ça résiste. Ça lutte. Ça se rebelle. Même si c’est maladroit parfois. Même si, parce que t’es passée du côté des vieilles connes pas de ta faute mais t’as presque 33 ans et le système t’a eue, à l’usure eue, et que tu peux parfois les regarder avec ce petit sourire qui dit : c’est trop mignon cette naïveté, cette fièvre, cet allant, tous ces émois qui retomberont comme un flan.

Mais putain NON ! Pourquoi ça retomberait ? Pourquoi on serait mou comme ça, défaitiste sur notre action dans le monde, sur notre champ des possibles ? Pourquoi on boufferait pas du Stollen toute la journée et qu’on emmerderait pas le quinoa et les légumes racines ?

Schizophréniquement, tu nages donc entre 2 eaux. Courant froid, courant chaud. Souvent incohérente, parfois équilibriste. Souvent heureuse, parfois perdue à te dire mais c’est qui la vraie Moi? Laquelle ? La Remington ou le Stollen? Les mandarines ou Secret Story?

Non parce qu’il faut parler de ça aussi. De cette culpabilité à aimer la merde. Le temps qu’il a fallu pour assumer que oui, et bien oui, tu aimes la merde aussi. Tu aimes la beauté et la merde. Accepter qu’être un monolithe serait plus flippant qu’autre chose, et que oui, puisque tu es souple, tu peux faire des grands écarts. Tu peux aimer – au hasard- Ron Mueck, Régis Jauffret, Bertrand Blier, Paul Eluard, Tarkovsy, Son Lux, Matthew Barney, Sylvia Plath, Harmony Korine, Wim Mertens, Abramovic, Tod Browning, mais aussi la merde. Super nannny, t’as le droit. Confessions intimes, aussi. Même L’amour est dans le pré. Rihanna et Miley Cyrus et tous ces trucs de bitch. Et pourquoi pas ?

Un arc en ciel c’est beau parce que ça a 7 couleurs, non ? Pourquoi tu devrais être un monochrome ? (Y’a Soulages qui fait ça tellement bien déjà.) Pourquoi tu pourrais pas être plurielle ? Bah ouais. La DIVERSITé EN TOI. La joie d’être une chose puis une autre, et sans que cela soit pour autant de l’incohérence. Non tu n’es pas incohérente, tu es en mouvement toujours. On s’encroûtera quand on aura 100 ans. En attendant, aimons, détestons, réagissons, abusons, votons ( Dimanche, hein ! Je te laisse flipper en regardant ça si jamais tu avais un peu la flemme grosse moule), terrassons évidemment terrassons en terrasse les peurs et amalgames, bouffons de la merde en sachant que c’est de la merde et en appréciant ce petit moment coprophage, baisons surtout baisons pour nous sentir vivant encore et encore, allons au beau, allons au vrai de nous-même, multiple, et surtout, ne nous laissons pas enterrer avant l’heure. La mort, on aura tout le temps d’en profiter plus tard.

Cadavre exquis © Solenn Denis

Publicités